• Au feu !

    Au feu !

    Au feu !

    L'âtre brille encore peu il est presque mort
    D'avoir vivoté aussi longtemps du bois vert
    De sa jeunesse alimenté par les travers
    Qui l'avaient pourtant nourri et rendu si fort.

    Il a fallu en prendre soin, comme un trésor
    Précieux d'un souffle inné par la nature offert
    Inutile et vain le foyer a trop souffert
    Pour les quelques braises sauvées de longs efforts.

    Le crépitement de la flamme, sa rougeur
    Et sa langue habile lampant à toute heure
    Auront chauffé certes, mais pour tromper l'ennui.

    Et si le vent a soufflé sur les braises hier
    Vous vous étouffez aujourd'hui dans la poussière
    Des cendres d'un foyer chargé d'un seul brûlis.

     

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 2 Décembre 2015 à 18:59

    Après 2 petites choses en première lecture, il s'agit bien d'un des meilleurs... cool

      • Mercredi 2 Décembre 2015 à 21:11

        Ouh la ! Je saurai donc compter ? wink2

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :